Comment se présente le secteur agricole en RDC?

La RDC est mieux connue dans le monde grâce à ses ressources minières, pourtant… c’est son secteur agricole qui devait être mis en avant.

Notre cabinet travaille depuis des années sur la découverte des spécificités agricoles de chaque province afin de pouvoir faire un rapport global du potentiel de chaque coin du pays, ce qui nous permettra à pouvoir passer de l’agriculture de substance à l’agriculture du développement qui se réalisera par le biais d’un plan de production basée sur la spécification de chaque village, chaque province.

Dans cet article, on vous met un bref aperçu dudit rapport en vue de nous éclaircir sur le potentiel de notre pays et nous interpeller sur l’urgence d’investir dans le secteur agricole.

« Le développement du secteur agricole est incontestablement au stade actuel,
l’un des piliers sur lequel le Gouvernement et le secteur privé doivent s’appuyer
afin de garantir la diversification de l’économie de la R.D.Congo ». Anthony KINZO, DG ANAPI

En effet, au regard de ses voisins et pays concurrents, la république démocratique du Congo dispose des biens avantages, notamment:

les conditions climatiques et écologiques très favorables aux activités agricoles ;

  • Des terres agricoles, évaluées à plus de 80 millions d’hectares, très peu exploitées et valorisées (environ 10 % de mise en valeur) ;
  • Une pluviométrie abondante estimée à 1.000 mm/an.
  • Un potentiel halieutique estimé à 707.000 tonnes des poissons par an ;
  • Un vaste marché potentiel au cœur de l’Afrique : les centres urbanisés du pays
  • Les pays voisins représentent un marché de plus de 100 millions d’habitants, en voie d’urbanisation rapide ;
  • Une main d’œuvre abondante jeune et bon marché

La valorisation du secteur agricole en RD Congo va favorablement apporter une
solution à la problématique de l’insécurité alimentaire évaluer entre 20 et 30% selon
les Provinces, de réduire le volume actuel des importations des produits agro-industriels
estimée à 80% et de favoriser la mécanisation et l’industrialisation des cultures des
produits de grande consommation du pays comme le riz, le manioc, le mais etc.

Au regard de ce constat que nous avons établi ce document qui s’avère un résumé de nos études collectées sur terrain, auprès du ministère de l’agriculture et l’Anapi.

Dans ce document, l’agriculture est définit dans son sens large car faisant
intervenir le volet pêche et celui de l’élevage en deuxième partie.


Il est aussi une carte postale qui renseigne les investisseurs sur les données
de base de l’agriculture, les opportunités d’investissement dans le secteur, les projets en quête
de financement susceptibles d’être mis en œuvre dans le cadre du partenariat
Public –Privé, la procédure pour l’obtention des terres agricoles, la procédure
d’investissement, la description sommaire de l’économie congolaise, les reformes
opérées dans le cadre du climat des affaires, etc.


Outre les cadres de notre cabinet COHESION BUSINESS GROUPE S.A.S, la rédaction de cet outil a bénéficié du concours
substantiel des experts et rapports de l’ANAPI, des Ministères de l’Agriculture, du Développement rural,
de l’Institut National pour l’Etude et la Recherche Agronomique (INERA), de la
cellule d’Etude et de Planification Industrielle (CEPI) et la Fédération des Entreprises du Congo, FEC en sigle.

INFORMATIONS GENERALES SUR LA RD.CONGO

Position géographique : Au cœur de
l’Afrique
Superficie : 2.345.410 Km² (37 km de côte
atlantique)
Population : plus de 72.633.000 millions
d’habitant

Monnaie de transactions : USD
Frontières : 9.165 Km (avec 9 pays voisins)
Provinces : 26 (Kinshasa, la capitale y compris)
Forêt :155.000.000 ha
Fleuve Congo : 4.500 km de longueur
Contribution de l’Agriculture au
PIB : 6.788,5 millions de USD
(2016)

ANAPI,, recueil investir dans le secteur agricole en RDC

La Rd Congo reste un pays avec plus de 80 millions d’hectares dont 10% seulement sont exploitées et majoritairement pour une agriculture familiale d’autosuffisance. Toutes les conditions climatiques sont réunies pour permettre à la RDC de se positionner comme le marché agricole incontournable du monde. Qu’est-ce qui bloque le décollage? Bien entendu, la quantité et la qualité d’investissement réalisé dans ce secteur qui empêche le décollage ad infinitum.

Dans ce premier document, nous allons présenter la partie Ouest de la RDC, c’est à dire la ville de Kinshasa, les provinces du Kongo-Central, Kwilu, Kwango et Mai-Ndombe.

VEGETATION PAR PROVINCE

Type de végétation Provinces se présente de la manière suivante:


Kinshasa

• Savane boisée
• Prairie
• Forêts secondaires

Kongo-Central

• Mangroves
• Steppes
• Forêt
• Galeries forestières

Mai Ndombe

• Forêt dense humide
• Savane boisée
• Galeries forestières
• Prairie

Kwilu

• Forêt dense humide
• Forêt dense
• Savane boisée
• Prairie
• Galerie forestière

Kwango

• Forêt dense
• Savane boisée
• prairie

Étude du Secteur Agricole-Rapport bilan diagnostic et note d’orientation, 2009
Image de la Zone agricole spéciale du cabinet COHESION BUSINESS GROUPE aux plateaux de Bateke/Cité DUMI

LES SOLS PAR PROVINCE

Il s’agit ici d’un élément très important à savoir. En effet, les différences des sols impliquent la production ou pas de certaines cultures et si vous ne maitrisez pas cela, vos projets risquent de grosses pertes.

Kinshasa

• Ferrasols
• Argilo sablonneux
• Sablonneux

Kongo-Central

• Sols sablonneux
• Sols argilo sablonneux
• Sols sablo argileux avec
tâches argilo

Mai Ndombe

• Ferrasols
• Argilo sablonneux
• Sablonneux

Kwilu

• Ferrasols
• Argilo sablonneux
• Sablonneux

Kwango

• Ferrasols
• Argilo sablonneux
• Sablonneux

ANAPI, investir dans le secteur agricole

LES ZONES AGRO-ECOLOGIQUES DU PAYS

  1. Kinshasa – Forêt dense humide subéquatoriale
  • Savane steppiques des plateaux Batéké
  1. Bas-Congo – Forêt dense humide subéquatoriale
  • Forêt secondaire avec îlots de savane
  • Forêt en galerie
  • Forêt dense humide mélangée avec Forêt claire
  1. Bandundu – Forêt dense humide subéquatoriale
  • Forêt dense humide avec îlots de savane
  • Forêt édaphique
  • Savanes steppiques des plateaux de kwango
  • Forêt claire tropophile avec îlots de savane

ETATS DES LIEUX

Au vu des éléments ci-haut mentionnés, il est fort important de rappeler que:

La RD Congo possède un potentiel agricole considérable et offre des opportunités remarquables pour les investissements, notamment :

  • un marché potentiel de plus de 250 millions d’habitants en considérant
    sa population et celles des pays limitrophes ;
  • une grande réserve d’eau douce, deuxième au monde (3.680.000 km de
    bassin hydraulique) à côté du Lac Baïkal en Russie. Cette situation représente une grande opportunité pour l’irrigation, l’agriculture familiale et
    intensive ;
  • un potentiel halieutique estimé à 707.000 tonnes de poissons par an ;
  • 80 millions d’hectares de terres arables dont 10% seulement sont
    actuellement exploitées.
  • un potentiel d’irrigation estimé à 4 millions d’hectares dont 13.500 hectares sont irrigués, soit 3,2%

« Ce faisant, une question se pose: est-ce par manque d’information que le secteur est négligé ou serait-ce de la négligence dudit secteur au profit des secteurs miniers et autres ? », Grace EBUWE, Directeur Général du cabinet Cohésion Business Groupe S.A.S

Article rédigé par le Cabinet COHESION BUSINESS GROUPE S.A.S

Facebook: Investir en RdCongo (1) Investir en RdCongo | Facebook

Peut-on combattre la pauvreté sans developper l’agriculture ?

La croissance dans l’agriculture a encore aujourd’hui, globalement, des effets sur la réduction de la pauvreté deux à trois fois plus importants que ceux produits par la croissance d’autres secteurs d’activité. Cette conclusion vaut quelle que soit la méthode empirique ou l’indicateur de pauvreté utilisé. Elle correspond en outre aux résultats rapportés dans la littérature (a) jusqu’ici. 

Crise alimentaire en RDC

La situation de crise alimentaire nécessite une attention et un soutien
de tous, à travers l’investissement dans l’agropastoral.

Oui, il est possible d’investir avec ce que tu détiens et voire une vie être sauvé

Investissez et devenez riche

Le secteur agricole soutient les deux tiers de la population. La production agricole a stagné depuis l’indépendance. Les principales cultures sont celles du manioc, de l’igname, de la banane plantain, du riz et du maïs. Le pays n’est pas sujet à la sécheresse, mais est handicapé par un système de transport intérieur médiocre, qui entrave la mise en place d’un système national efficace d’approvisionnement alimentaire en milieu urbain. L’agriculture est un secteur capital pour le Congo-Kinshasa car elle occupe 70 % de sa population active (des personnes qui ont un emploi).

D’après le directeur de cabinet du ministère des Finances (Kinshasa 2020 à la clôture du Forum Internationale de Kinshasa, le secteur agricole a pesé de 36 % du PIB et a contribué à créer soixante pour cent (60 %) de la création de l’emploi en 2020.